La bibliothèque de classe

Au fur et à mesure des années, j’ai mis en place dans ma classe une bibliothèque fournie et variée… et surtout des utilisations de plus en plus efficaces. Je vous propose aujourd’hui un petit récapitulatif en forme d’argumentaire tant cela me semble important !

Pourquoi ? 

Les élèves apprennent à lire en lisant. Et comme ils ont des envies différentes et des niveaux différents, avoir une bonne bibliothèque de classe est une condition très importante pour la réussite des élèves et pour différencier facilement. La fréquentation physique des livres est une aide importante à l’apprentissage. L’étude très récente menée par Catherine Friet et Anne Vadcar à partir des résultats de Lire écrire au CP (pilotée par Roland Goigoux) montre que les classes les plus efficaces sont celles qui possèdent un coin lecture fourni, accessible, investi tant dans des temps collectifs qu’en autonomie. « Il s’agit de lieux d’appropriation des pratiques culturelles de la lecture qui s’articulent aux apprentissages techniques du lire-écrire. Loin d’être accessoires à la classe, ils permettent un va-et-vient entre des progrès individuels et le développement d’usages sociaux de la lecture. Ce va-et-vient est soutenu par un étayage de l’enseignant mais aussi par l’instauration d’une communauté de pratiques internes à la classe où les élèves peuvent s’entraider, s’étayer mutuellement et se servir de modèles. Le rôle du maitre est de les rendre attrayants, accessibles et d’étayer les usages débutants des élèves par la formalisation de règles simples, la facilitation du choix, la stimulation de la curiosité culturelle mais aussi en modélisant les usages usuels qui en sont faits. » (Catherine FRIER et Anne VADCAR, Mais qu’est-ce qui se passe dans le coin lecture ? in Repères n° 55, 2017)

Il y a plusieurs années, j’avais lu Jocelyne Prenoveau et Regie Routman, qui m’avaient aidée à bien comprendre les objectifs de ces temps à la bibliothèque :

La bibliothèque est donc importante pour la construction de la motivation à lire, pour la différenciation des supports donnés aux élèves, pour le transfert des apprentissages, pour la coopération entre élèves, pour l’observation des compétences des élèves en contexte. Elle occupe une place importante dans la classe, même physiquement parlant. Chez ma copine Domrod, la bibliothèque est au centre de la classe, je trouve ça extra !

Comment ? 

La bibliothèque de classe peut être organisée par niveau de lecture, par thèmes ou par type de livres (documentaires, poésie…). Pour le fond, j’ai longtemps fait les vide-greniers, les désherbages de la médiathèque locale, les sites de dons aux particuliers, les achats à Lire c’est partir… (et la bibliothèque de mes enfants, et des achats chaque année…) La bibliothèque municipale peut aussi prêter des livres pour la classe.

La bibliothèque de classe doit donc bénéficier de livres très variés, tant au niveau de leur genre qu’au niveau de leur difficulté. Cela permet aussi de pouvoir instaurer facilement des temps de lecture différenciée. Pour aider les élèves à choisir, il est intéressant de proposer un classement des livres en fonction de leur difficulté. On peut mettre des gommettes de couleur à l’arrière des livres, et les ranger dans des bacs différents. Pour les élèves en apprentissage de lecture, au début du CP, il existe des séries graduées spécifiquement, permettant aux élèves de lire des textes à leur niveau, et je vous en propose des séries entières à imprimer, graduées avec un système d’étoiles.

Pour le plaisir de la lecture, il me semble important de rendre cet espace attrayant (coussins, tapis…), et de s’y réunir aussi pour faire la lecture collective. Le plaisir est un élément indispensable, surtout pour les élèves qui n’ont pas construit de projet de lecteur. Et le plaisir de lire des livres, même si le texte pourrait tenir sur une photocopie d’une demi page, est un moteur important dans la conquête de la lecture.

Les temps de lecture autonome

Ces temps sont très importants dans une optique de travail adapté et autonome. Durant ces temps, les élèves lisent, individuellement ou par deux, un ou plusieurs livres à leur niveau. Un élève un peu plus avancé peut lire avec un élève un peu plus faible : il peut l’aider quand il bute sur un mot, ils peuvent lire en alternance (1 phrase, plusieurs phrases…), l’élève plus fragile peut relire derrière le premier, ou le contraire (la relecture permettant alors la compréhension), ils peuvent se poser des questions sur le texte… Quand j’ai commencé, ces temps concernaient toute la classe, et créaient une ambiance très particulière. Ensuite, je les ai plutôt intégrés à mes temps de travail en libre choix. Ce qui me semble important, c’est de veiller à ce qu’elle ne serve pas qu’aux bons élèves qui ont fini plus vite, et qu’elle soit réellement un lieu de lecture. Pour cela, des temps collectifs modélisants au départ sont vraiment importants, ainsi que des temps de bilan pour dire ce qu’on y a fait, et ce qu’on y a appris.

Pour le choix des livres, je vois deux possibilités :

  1. Les enfants ont un sac de lecture, ou un porte-document garni par la maitresse avec les livres qui les feront progresser. C’est intéressant de préparer ainsi le travail des élèves, différencié selon leur niveau, en allant puiser dans la bibliothèque. On s’assure de l’adéquation aux besoins.
  2. Les enfants vont seuls choisir un livre dans la bibliothèque de la classe, en connaissant leur niveau, en prenant consicence de ce qu’ils sont capables de faire seuls. Ils peuvent s’aider avec le truc des 5 doigts : « Je lis la première page d’un livre. Je compte sur mes doigts les mots que je ne suis pas capable de lire ou que je ne comprends pas. S’il y en a plus que 5 avant la fin de la première page, ce livre est trop difficile pour moi, je dois en choisir un autre. »

Les enfants vont s’installer pour lire où ils veulent. L’enseignant passe et va s’asseoir à côté d’un élève pour l’écouter lire. Il observe les stratégies acquises et les stratégies encore difficiles, pose des questions de compréhension, fait verbaliser l’enfant sur ses réussites et ce qui lui reste à apprendre. C’est le moment privilégié d’une évaluation par l’observation, qui permet de noter les erreurs, de comprendre s’il s’agit de problèmes de décodage, de reconnaissance, de mémorisation des mots courants, de lecture par groupes de mots, de compréhension du lexique… Jocelyne Prenoveau appelle ça la lecture « genou contre genou », et j’aime beaucoup cette expression.

Au moment du bilan, quelques élèves peuvent rapidement parler du livre lu, en utilisant par exemple la roue des réactions (que vous pouvez télécharger en cliquant sur l’image) :

Cela permet aux élèves de donner envie aux autres, de présenter des livres différents, de donner l’occasion d’un temps d’oral argumenté… et à l’enseignant de comprendre les goûts des élèves, leurs besoins et leurs envies.

A certains moments, il est possible également de demander aux élèves de s’entrainer à trouver quelques éléments de compréhension à l’aide de fiches prévues à cet effet. On peut aussi de manière très efficace lier un temps d’écriture : la roue des choix peut permettre à l’enfant d’écrire un court texte, préparation de la présentation orale ou écriture à l’enseignant (et pourquoi pas sous la forme du journal dialogué…)…

Les élèves peuvent ensuite emporter le livre à la maison pour le lire : ainsi, il est possible de différencier les devoirs (la lecture à la maison) sans créer des documents différents.

Conclusion

La bibliothèque représente un investissement certain, financier, en temps de mise en oeuvre et en espace dans la classe. Mais le retour sur investissement est réel et efficace : des élèves plus motivés, la lecture qui prend du sens, la possibilité de leur donner rapidement un support à leur niveau, partager avec eux le plaisir de lire… Bref, la bibliothèque, ce sont des graines de lecture plantées pour la suite, et des germes de lecteurs passionnés et engagés.

Comments

comments

3 thoughts on “La bibliothèque de classe

  1. Super Article, ce sont des problématiques qui nous intéressent dans notre école dans laquelle nous pratiquons silence on lit, c’est très intéressant et bien documenté ! Merci pour les idées concrètes et les liens ! Giulia
    lagrandeourse.eklablog.com

Laisser un commentaire