La trace écrite

J’ai eu il y a peu de temps des discussions avec des collègues sur ces fameuses traces écrites, et j’ai essayé de mettre en forme un peu ma pensée et ma façon de faire.

La trace écrite constitue la mise à l’écrit, individuelle ou collective, d’un savoir élaboré en classe. Ce savoir peut-être une connaissance, une procédure, une attitude…

En ce sens, la trace écrite constitue un lieu précieux pour les apprentissages des élèves, mais aussi pour le travail de l’enseignant.

En fonction des compétences programmées, j’essaie de préparer bien en amont de la séance la façon dont je pourrai expliquer cette compétence à de jeunes enfants, la forme que cette trace pourra prendre.

1. Lors de la séance, je prévois des moments de structuration où nous arriverons collectivement à une formulation proche de ce que j’avais prévu. Je me sers d’affiches A3 pour écrire toutes nos découvertes. Mes élèves de CP ne savent pas lire tout ce que j’écris, alors je tente d’ajouter des petits dessins ou des exemples. Ce peut être aussi un schéma, une carte mentale, une liste… Ces affiches sont construites au fur et à mesure de l’avancée des apprentissages… ou parfois d’un seul coup lors d’une phase récapitulative.

Ces affiches s’ « empilent » sur le tableau, mémoire accumulative de tous nos apprentissages. A chaque moment de reprise d’une compétence, à chaque fois qu’on en a besoin, on peut retrouver la trace d’un apprentissage dans les affiches et les relire ensemble.

 

Exemple : affiche personnalisée avec les images du livre :

  1. Parallèlement, je distribue souvent à mes élèves une trace écrite individuelle reprenant les affiches, que je tape moi même pour des raisons de lisibilité au CP, que parfois ils complètent, par collage, coloriage, ajout d’exemples… afin de se les approprier. Ils ont ainsi un cahier outil en français et un en mathématiques. Je les renvoie souvent à cette mémoire afin qu’ils découvrent que c’est un outil pour eux. Parfois, je fais relire à la maison, pour fixer les procédures, ou se les remémorer. Les parents m’ont déjà renvoyé également que c’est un outil intéressant pour eux pour aider leurs enfants.

 

Quelques éléments de réflexion :

Comme pour tout, il n’y a pas une seule façon de faire valable pour tout. Il faut donc adapter sa réflexion au mieux lors de la préparation. Voici quelques questions à se poser pour construire une trace écrite :

  • Quel contenu ?
  • Quelle place dans le processus d’apprentissage ?
  • Quelle construction, quelle forme ?
  • Quelle appropriation par l’élève, quelle part personnelle ?
  • Quelle utilisation, quelle réactivation ?
  • Comment la faire évoluer ?
  • Comment l’adapter, la différencier ?

Pour retrouver plus de photos, et un article plus complet, c’est ici :

 

Pour retrouver des traces écrites sur le blog, vous pouvez aller voir :

 

Pour retrouver un diaporama très intéressant sur ce thème, vous pouvez aller voir sur le site de la circonscription de Soisson.

Comments

comments

Laisser un commentaire