Les problèmes où il faut chercher le tout ou une partie

Voici une nouvelle séquence de résolution de problèmes, qui fait suite à la séquence sur les problèmes de transformation. Je continue de suivre une progression liée aux types de problèmes tels que les a définis Vergnaud. Cette séquence propose donc aux élèves de découvrir 2 types de problèmes, dans ceux que Vergnaud appelle les problèmes de combinaison d’état :

  • ceux où il faut trouver le tout (J’ai 5 stylos rouge et 3 verts. Combien ai-je de stylos ?), dont la compréhension est la plupart du temps assez facile,
  • ceux où il faut trouver une partie (J’ai 13 stylos, 5 sont verts. Combien ai-je de stylos rouges ?), pour lesquels il faut faire une addition à trous ou une soustraction, et qui sont bien plus difficiles pour les petits élèves.

La situation concrète de départ se fait avec des stylos, c’est un matériel facile à trouver en nombre dans une classe. Ensuite, je suis la progression dont j’avais parlé ici, pour arriver à une représentation de plus en plus abstraite. Je fais un bilan plutôt positif de cet enseignement explicite des types de problèmes, et peut-être surtout de la fréquentation régulière des problèmes par les élèves.

Voici donc :

  • les fiches de travail pour les élèves (je les mets en modifiable car il me semble important de pouvoir ajuster le domaine numérique en fonction des connaissances des élèves en numération et en calcul) :

  • une fiche de bilan de fin avec des problèmes de transformation et des problèmes de combinaison :

Comments

comments

3 thoughts on “Les problèmes où il faut chercher le tout ou une partie

  1. Un grand merci pour ces bonnes idées et la présentation claire appuyée sur la typologie de Vergnaud. J’aime bien aussi la simplicité des schémas proposés en tête d’article.

  2. Bonjour,
    Je possède également le livre « Problèmes additifs et soustractifs ». Vos documents vont énormément m’aider, merci ! Cependant, je m’interroge : pas de problèmes de groupements et de partages au CP ? De plus, auparavant, j’avais pour habitude de « mélanger » les types de problèmes au sein d’une même séance, afin que les élèves ne s »habituent pas à un schéma et l’appliquent ensuite sans réfléchir (recherche de l’état final avec transformation positive souvent). Ca les habituait à une certaine gymnastique. Je ne sais plus quoi en penser !

Laisser un commentaire