Le jeu du banquier

Je vous propose une nouvelle version de ma plus longue séquence de maths, directement inspirée d’ERMEL : comprendre la numération de position grâce au jeu du banquier. Je l’ai revue et adaptée aux nouveaux programmes. En fonction de mes élèves, je ne fais pas toujours toutes les étapes, ou j’en rajoute, bref, j’adapte.

Pour faire les jetons de couleurs, comme je n’en avait pas dans ma classe, j’ai tout simplement découpé au massicot des petits carrés dans des feuilles de Canson de couleur. Un peu long mais très économique. Les abaques à trois cases sont dans les documents élèves, je les ai plastifiées pour en avoir une par élève.

Voici donc :

  • les documents pour les élèves (fiches d’entrainement, abaques à 3 cases à plastifier, fiches d’évaluation) :

  • le premier diaporama permet la construction collective de la frise numérique à partir du jeu du banquier :

  • le second diaporama permet un entrainement l’écriture chiffrée des nombres :

  • la préparation de séquence :

 

C’est un travail long et ambitieux, mais qui a le mérite de permettre aux élèves de bien comprendre la numération de base 10 et la notion de valeur : dès le début, je leur fais verbaliser que les oranges n’ont pas la même valeur que les bleus. Cette notion, que l’on retrouve lorsque l’on travaille sur la monnaie, est compliquée à construire pour les jeunes enfants qui restent ancrés dans leur perception (un objet vaut 1), et leur demande un réel effort de conceptualisation. Cette séquence les accompagne pas à pas dans cette découverte.

Comments

comments

Laisser un commentaire